Portrait au hasard

chateau_Labatut_15e.jpg
Que se passe-t-il
Que se passe-t-il

Pique-nique républicain à Labatut, ce 14 juillet 2010

 

 
Tel qu’en 2009, un amical et festif pique-nique a installé son campement au 19 de la rue de Bégole. Le "Bois de Bégole" étant pour l’occasion, grâce à nos hôtes, mis à disposition des villageois et de la Municipalité.


La chênaie, comme à l’accoutumée, s’était parée de fanions et de drapeaux tricolores pour accueillir ses nombreux pique-niqueurs. A souligner cette année une sympathique nouveauté avec la présence de drapeaux britanniques et même de Zambie !

Labatutois de souche ou d’adoption, parents et amis, y compris de Mazères, ont donc fait table commune et républicaine sous l’ombre des chênes pour célébrer notre Fête Nationale. Comme tout repas gaulois digne de ce nom, ripaille, breuvage et chansons de circonstance agrémentèrent ce chaleureux moment de retrouvailles.


Heureusement tardive, une bruine passagère vint en fin d’après-midi donner le signal du départ. Un repli stratégique fut donc opéré sous abri et dans la salle des fêtes pour terminer la soirée. Nous ne pouvions en effet nous séparer si vite, pour quelques malencontreuses gouttes !

Certes, ce n’est que la seconde année et les racines en sont encore trop jeunes pour affirmer qu’une coutume vient de naître… Espérons donc simplement que ce pique-nique républicain, prétexte à nous rassembler, soit bien au rendez-vous du 14 juillet…2011.

 

Alain F.

 

 

 

Inauguration du pont de Hères, ce 25 juin 2010

 


 

Personnalités présentes :

Mme Josette Durrieu : Présidente du Conseil Général
M. Jean Glavany : Député de la 3ème circonscription des Hautes Pyrénées
M.Christophe Merlin : Secrétaire Général de la Préfecture.
M.Francis Dutour : Conseiller Général du canton de Castelnau-Rivière Basse
M.Jean Guilhas : Conseiller Général du canton de Maubourguet
M.Roland Dubertrand : Conseiller Général du canton de Rabastens.
M . Claude Miqueu : Conseiller Général du canton de Vic-Bigorre.

 

 

L’ancien pont de Hères, qui s’est écroulé le 13 octobre 2008, avait été construit en 1896 sur la RD 58 ; il permettait le franchissement de l’Adour et reliait la commune de Hère et Plaisance. Il assurait notamment le circuit des transports scolaires et était régulièrement emprunté par les riverains et agriculteurs exploitant les terres situées de part et d’autre de l’Adour.

Afin de maintenir cette liaison, le Conseil Général des Hautes-Pyrénées a décidé, dans le cadre de ses missions, de construire et financer au plus tôt un nouvel ouvrage sur l’Adour, plus large et sans limitation de tonnage.

A cause d’un contentieux sur la responsabilité de l’écroulement de l’ancien pont, la reconstruction sur place n’a pas été possible. Le nouveau pont a été implanté à environ 200 m au nord de la commune de Hères sur la RD 58 et à 70 m en amont de l’ancien pont, selon un profil et une architecture spécifiques.

Au cours des traditionnels discours, l’accent a été mis sur le coût de l’opération (1 425 000 €) sur la célérité de l’entreprise EIFFAGE puisque l’ouvrage est livré avec  4 mois d’avance, et sur la gêne que cet accident avait occasionné pour les agriculteurs et les riverains.

Il a également été rappelé qu’après Hères d’importants travaux de renforcement étaient prévus sur les ponts de Labatut-Rivière et d’Estirac. En ce qui concerne la commune de Labatut ces travaux devraient débuter en septembre 2010.

 

Alain F.
avec l’aimable contribution de Robert Maisonneuve, en ce qui concerne la documentation.

 

8 mai 1945 : quatre générations au chevet d’une commémoration.

 

 

 

Ce 8 mai 2010, association des anciens combattants, Municipalité et villageois se sont unis pour commémorer, avec ferveur, ce jour d’armistice du 8 mai 1945 ; armistice qui mit enfin un terme à la Seconde Guerre mondiale.

La lecture du rituel message de circonstance, adressé par le Secrétaire d’Etat à la défense et aux anciens combattants, a permis de rendre justice et honneur à "ces soldats de 40" qui tentèrent vainement d’endiguer la progression des armées allemandes mais furent les premières victimes d’un commandement incompétent et dépassé. Ce message fut également l’occasion de mettre à l’honneur ceux qui répondirent à l’appel du Général De Gaulle, ce 18 juin 1940, et entrèrent en résistance.

Dans sa propre allocution, Robert Maisonneuve, Maire de Labatut-Rivière, féru d’Histoire comme chacun sait, fit revivre le maquis de Bigorre. Maquis créé en mai 1943 sur initiative de Jean Cazenave et Jean Holzer, âgés d’une vingtaine d’années à peine. Installé primitivement dans le massif de Pibeste, près de Lourdes, puis dans le Hautacam, celui-ci se replia dans les bois de Lascazères, Vidouze, Moncaup, Lahitte-Toupière et Sombrun. Le maquis de Bigorre, rebaptisé, prendra la dénomination de maquis de Sombrun. Victimes de dénonciations, de trahisons, nombreux furent les maquisards qui payèrent de leur vie cet engagement.

Dans le cadre d’une démarche collective de mémoire, un diplôme d’honneur est remis cette année aux 250000 Anciens Combattants de la Seconde Guerre mondiale encore recensés à ce jour. Tâche confiée, par délégation, aux Maires de France.

Instant émouvant que celui qui vit donc remettre ce diplôme à Jean Dupeyron, hélas seul et dernier récipiendaire ; Jean dont la famille a payé un lourd tribut à la France comme en atteste le monument aux morts de notre commune.

Certes, les années qui s’égrènent nous éloignent inexorablement de ce 8 mai 1945 et les rangs s’éclaircissent parmi ceux qui vécurent si douloureusement ce conflit. Raison de plus, comme le rappelait de façon opportune Robert Maisonneuve, pour que, toutes générations confondues, nous fassions en sorte que cette commémoration ne devienne pas qu’un banal jour férié sur un calendrier…

A Labatut-Rivière, ce 8 mai 2010, quatre générations étaient  présentes pour que ne s’éteigne pas la flamme du souvenir.

 

Alain F.


Pour avoir accès à l’intégrale de l’allocution du Maire, cliquez ici


 

 

Terrain de tennis vandalisé à Labatut-Rivière

 


Nous venons de prendre connaissance, avec consternation, de l’acte de vandalisme dont a été victime le terrain de tennis au cours de ce week-end du 1er  mai 2010.

Porte d’accès fracturée, chaise d’arbitrage endommagée, retrouvée dans un champ voisin, et, plus grave, filet entièrement calciné comme le montre la photo ci-jointe. Le dit court de tennis venait d’être rénové la semaine précédente, avec la mise en place d’un filet neuf, peinture des lignes et réfection de la chaise d’arbitre.

Nul n’ignore que le budget municipal est fort modeste et limite les ambitions ; pour autant la Municipalité n’a de cesse de porter tous ses efforts sur l’amélioration constante de notre cadre de vie, ce dont chacun lui sait gré.

On ne peut donc que vivement déplorer de tels actes qui, en détruisant les biens collectifs ou particuliers, portent atteinte au village dans son entier.

 

Alain F.

 

Si nous rendions visite au Centre de loisirs de Labatut ?

 

 

 

Un mercredi hivernal certes, mais ensoleillé, moment propice pour faire une visite au tout jeune Centre de loisirs de Labatut-Rivière, pour ses quatre mois d’existence.

A l’initiative de la Municipalité et de son Maire, Robert Maisonneuve, ce Centre a été ouvert début novembre 2009, tous les mercredis, donnant ainsi satisfaction à la demande de nombreux parents. Celui-ci fait partie intégrante du RPI (*) de Labatut et Hères, concernant 50 enfants ; il affiche d’ores et déjà un taux de fréquentation de près de 50% de cette même population. Montée en puissance grandement prometteuse et que laissaient bien peu entrevoir des débuts quelque peu difficiles…

Accueilli par une marmaille rieuse, volubile, exubérante, je fus très vite intégré au sein de cette famille nombreuse ayant pour « sœurs aînées » : Sandra Vincens, animatrice diplômée, et Michèle Sanson, son adjointe, sans oublier Michou Ruart, en charge de la partie restauration.

Ce matin-là, une grande tablée était réunie pour un atelier pâte à sel et modelage. L’heure était à la création, avec complicité et conseils pertinents des deux animatrices. Le programme annoncé, pour l’après-midi, prévoyait une séance de cinéma à Marciac pour nos jeunes artistes. J’ai appris depuis qu’étant arrivés largement en avance, pour voir « Kérity la maison des contes », ceux-ci avaient eu l’insigne honneur de se voir offrir une visite guidée de la cabine de projection. L’émerveillement fut total !

Revenons à cette fin de matinée où l’impatience était palpable. Il était temps de se quitter en promettant de se revoir. Promesse fut faite et elle sera tenue. Ultime photo de famille sur le pas de la porte, avec nos deux mamans-poules Sandra et Michèle.

Je comprends mieux maintenant que des parents de Sauveterre et Bazet,  notamment, aient frappé tout dernièrement à la porte de ce Centre de loisirs !…

Ah ! j’oubliais l’essentiel… L’accueil est désormais assuré non seulement les mercredis mais aussi pendant les périodes de vacances scolaires, à l’exception du mois d’août et des vacances de Noël. Que demander de plus !

Heures d’ouverture : 8 heures à 18 heures
Coût/journée : 9 euros, repas compris
Pour tout renseignement complémentaire, téléphonez au 05 62 96 32 44

Alain F.

 

(*) RPI : regroupement pédagogique intercommunal

 
<< Début < Précédent 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Suivant > Fin >>

Page 25 sur 31
Bannière